La mise en place d’un pass sanitaire est confirmé

Afficher l’image source

C’est désormais officiel : il faudra bien un pass sanitaire cet été, qui serait mis en place a compter du 9 juin. Emmanuel Macron l’a annoncé, jeudi, dans une interview au Parisien et à d’autres titres de la presse quotidienne régionale. L’idée est simple : conditionner l’accès à un lieu ou à un événement à une vaccination contre le Covid-19 ou à un test négatif récent. Objectif ? Limiter la contamination.

1. De quoi s’agit-il ?

Le pass sanitaire est un dispositif qui permettra de présenter trois types de preuves non cumulatives : les résultats de tests négatifs, l’attestation de vaccination et une attestation prouvant que l’on a guéri du coronavirus après avoir été contaminé. Il doit faciliter les voyages à l’étranger et permettre de filtrer l’accès à de grands rassemblements ou à certains lieux. Le but du pass est de permettre un retour à la vie normale en réduisant les risques de contamination par le Covid-19.

2. Quelle forme prendra-t-il ?

Le document pourra être disponible sous forme papier ou numérique, mais également via l’application TousAntiCovid. Le pass prendra la forme d’un Datamatrix (une forme de QR code) qui sera fourni par l’Assurance maladie. Pour les tests, la personne dépistée recevra un SMS et pourra l’imprimer ou intégrer le QR code à l’application TousAntiCovid. Les documents pourront aussi être téléchargeables sur la plateforme sidep.gouv.fr. Concernant le vaccin, l’Assurance maladie fournit depuis lundi 3 mai un justificatif à toutes les personnes vaccinées. Pour celles qui ont été vaccinées avant, il sera bientôt possible de récupérer ce document via un téléservice spécifique.

3. Où devra-t-il être utilisé ?

Le pass sanitaire concernera les « grands rassemblements de personnes pour des activités de loisirs ou des foires ou salons professionnels ».

À compter du 9 juin, date à laquelle il sera désormais possible de participer à des événements rassemblant jusqu’à 5 000 personnes, le pass sera exigé pour tous les événements pouvant accueillir plus de 1 000 personnes. Son usage sera étendu le 30 juin à ceux rassemblant plus de 5 000 personnes, avec la perspective d’une levée des limites de jauge. Les seuils pourraient être adaptés en fonction de l’évolution de l’épidémie durant l’été.

En revanche, le gouvernement a assuré que le pass sanitaire ne s’appliquera pas à la vie quotidienne des Français. Les grandes surfaces, les lieux de travail, les services publics ou encore les restaurants, théâtres et cinémas ne nécessiteront pas le pass. « On ne l’exigera pas dans les lieux de travail, d’enseignement, dans les services publics, les musées, les bibliothèques, les grands magasins, les marchés, les lieux de vacances ou encore les lieux de cultes », a précisé Jean Castex dans Le Parisien .

4. Sera-t-il nécessaire pour voyager ?

Le pass sanitaire concerne le territoire national, à ne pas confondre avec le « certificat vert numérique » européen qui permettra aux Européens de voyager. Toutefois, le pass sanitaire est dans un premier temps réservé à toute entrée et sortie du territoire national. Il facilitera les passages aux frontières, car la plupart des pays demandent actuellement de fournir à l’entrée de leur territoire des documents faisant état d’un test négatif récent, d’une preuve de rétablissement ou d’un certificat de vaccination, fait valoir le gouvernement.

Le Parlement européen a validé le principe d’un « certificat Covid-19 », mais celui-ci fait encore l’objet de discussions entre les États membres pour un lancement prévu avant la fin du mois de juin.

SOURCES:

Ouest france

Le Figaro

EN

Download
the app
now